N.


Et voilà, lui aussi est parti. Pourtant, l'an dernier, lorsqu'il partait, il revenait toujours. Mais voilà, sa santé a eu raison du reste.
Ce n'est pas le premier à partir à cause de ça, ce n'est pas le premier pour qui le stress prend des dimensions trop désagréables pour qu'il puisse continuer, mais à chaque fois, ça met le moral à plat.
Pourquoi partent-ils ? Parce qu'ils jugent que préserver leur santé mentale et/ou physique est plus important que rester en prépa. Ils ont raison.
Parler de la bonne santé, de la forme d'un élève de prépa, ça se fait toujours avec un brin d'humour. D'un côté, nous ne sommes pas agonisants, de l'autre, nous avons probablement tous des soucis liés au stress et à la tension.
Lequel d'entre nous n'a jamais été chez un médecin pour un problème quelconque ? Le scénario est toujours le même. Le médecin commence par vous ausculter, puis lance une discussion anodine "Et vous faites quoi comme études ?" - "Je suis en prépa." L'auscultation s'arrête en général là, et se clôt par un "C'est le stress". Selon les cas, on vous donne du magnésium, des vitamines, des calmants, des anti-dépresseurs... Parfois, c'est justifié. Mais il arrive aussi souvent que l'on doive revoir d'autre médecins pour finalement accéder à un autre diagnostic (oui, quand on dit "je suis en fac de physique", bizarrement, on met plus d'ardeur à chercher une cause médicale...).
Le stress, donc. Quel élève de prépa n'a pas sa drogue, son moyen chimique de tenir, même s'il ne l'a utilisé qu'une ou deux fois ? Pour la plupart des gens, la drogue se limite au café, au chocolat ou au coca-cola. Certains passent sur leur stress en grignotant, d'autre absorbent des tasses à répétition pour travailler tard. Ce qui, en fait, ne sert à rien d'autre qu'à s'abimer un peu plus, puisque vous dormez mal, donc vous êtes fatigué pendant la journée, donc vous buvez du café... Personnellement, le café, j'en ai tellement bu l'an dernier que je peux absorber une grande tasse à 23heures et m'endormir comme un loir une demi-heure plus tard...
Reste les moyens moins "sains". Le guronsan est un nom connu de pas mal de monde. Une fille de ma chambre en prenait l'an dernier, l'effet me semblait assez effrayant, tant c'était efficace sur elle. Certains prennent du paracétamol pour éviter les contractures dues à la tension, d'autres de l'euphytose pour dormir, d'autres encore prennent des vitamines C ou des compléments alimentaires le matin... On a tous nos petits vices.

Sommes-nous malades pour autant ? Non. Nous suivons un rythme intense (personnellement, nettement plus cette année) , nous débordons parfois de stress (quoique, personnellement, nettement moins cette année), et pourtant nous sommes encore là. C'est que nous ne sommes pas si malheureux ! Alors oui, il y en a qui partent parce qu'ils ne vont pas bien, mais il y en a aussi qui restent, malgré tous ces inconvénients...